Tissages, défrisages = Danger?

Vous aurez sûrement remarqué que depuis quelques jours, une vidéo signée du duo « De la Populace » circule sur la toile. Son nom « Tissages, défrisages, tresses: Danger!!!», visionnée à ce jour plus de 160.000 fois. En la partageant sur le blog, je m’attends à être considérée par certaines – heureusement minoritaires – comme une pro-Nappy et surtout une anti-défrisage/tissage/etc… Je les rassurerai en leur répondant que primo, je ne suis ni l’une ni l’autre et que secundo, je ne suis pas tout à fait d’accord avec le ton un brin radical de cette vidéo, malgré la bonne intention initiale. Et c’est une Nappy Girl, fière de l’être qui l’écrit !! Explications.

Pour moi, mais ce n’est bien entendu que mon humble avis, quelque soit l’option envisagée, il s’agit avant tout d’un choix personnelPour autant que l’on connaisse sa nature de cheveux !! J’entends par là : savoir ce que vos cheveux sont prêts à supporter ou pas, tout en maîtrisant les bons gestes à appliquer. Se défriser les cheveux, porter des rajouts, les garder naturels… Oui, mais avec quels produits, quels soins, quelle manière de faire ?

 

Je me souviens très bien des rares fois où j’ai expérimenté le défrisage, cela ne m’a jamais réussi malgré les soins. De même que les extensions qui ont fragilisé considérablement mes cheveux, les laissant bien démunis face à mon problème de tyroïde… Jusqu’au jour où j’ai simplement choisi de dire « stop ». Ce ne fût pas une décision facile mais raisonnée et ce, malgré toutes les tentations d’essayer encore d’autres produits, de porter d’autres mèches, etc… J’ai juste entendu ce que mes cheveux avaient à me dire, à savoir qu’ils ne supportaient pas grand-chose. Je n’ai jamais regretté ma décision même si – et là, c’est la personne avant la blogueuse qui vous parle – porter ses cheveux au naturel est quelque chose qui s’apprend au jour le jour, avec son lot de grandes joies mais aussi de petits malheurs

 

A côté de cela, j’ai des amies dont les cheveux sont toujours été défrisés ou tissés et qui n’ont jamais rencontré de problèmes particuliers. Tout est donc question de connaître ses cheveux mais également de routines et soins réguliers car il n’y a pas de solution miracle !! Que vos cheveux soient défrisés, tissés ou naturels, soyez à l’écoute de leurs besoins et soignez-les en conséquence et ce, avant qu’il ne soit trop tard et que vous soyez comme cette jeune fille, condamnée à porter une perruque à vie… Pour moi, il est là, le véritable enjeu, celui que je tends à exprimer à travers ce blog. Ne perdez jamais de vue que le marché de la beauté noire est très porteur et que certains ont décidé d’en tirer profit parfois, au prix de votre santé !!

 

Apprenez dès lors à décoder tout ce qui est lié à vos cheveux : étiquettes  et composition des produits, gestes du coiffeur (l’exemple des gants est révélateur), combinaison de certains ingrédients, état de vos cheveux avant et après un défrisage/ un tissage, carences internes, maturité du cheveu…  Et de grâce, STOP au défrisage/tissage des cheveux des enfants !!! Laissez-leur le temps d’apprendre à aimer leur chevelure…

Votre réflexion devra donc aller un peu plus loin que : « les cheveux naturels ne me vont pas », « je me défrise pour que mes cheveux soient plus dociles » ou encore « je fais des extensions pour que mes cheveux poussent plus vite », etc, etc… Connaître ses cheveux, on en revient toujours à la même chose !! Heureusement, nous disposons de plus en plus d’information sur le sujet, histoire de pouvoir choisir de manière responsable et en toute connaissance de cause…

 

Après, je ne suis pas naїve, j’ai bien conscience que le fait de vouloir à tout prix se dénaturer les cheveux n’est pas…naturel. Mais ce choix est-il forcément et dans tous les cas, plus mauvais que celui d’une fille d’origine caucasienne qui se fait un brushing, se colore les cheveux, porte une mise en plis ou des extensions ?? Je n’en suis pas si sûre…Ou alors, nous serions vraiment très, très nombreuses à avoir un gros problème, identitaire ou autre !! Et je ne m’engagerai pas dans cette voie. Mais ce qui gêne, c’est le « à tout prix » qui signifie :  excès de tout, radicalisme dans un sens ou l’autre, obéissance aveugle à son coiffeur ou pseudo-coiffeur, surdosage en tout genre et bien entendu, déni de ses origines dans certains cas… Bref, tout est question de dosage, de bon usage et surtout d’une prise de conscience personnelle.

 

Voilà ce que j’avais envie de vous dire, de partager avec vous – au même titre que mon aventure de Nappy Girl après avoir visionné cette vidéo. Et vous, qu’en pensez-vous ?


Source (photos) : topnews.in – Montage photos : © nappyisbeautiful.be – Video: © Delapopulace Officiel sur Youtube /Tous droits réservés ©.


Publié dans CHRONIQUES. – Tous droits réservés ©
2290

13 Responses to Tissages, défrisages = Danger?

  1. Je suis d’accord avec toi et très bel article comme d’habitude.
    Je trouve la vidéo de la populace très stigmatisante, mais effectivement il y’a un véritable problème et les mentalités doivent changer. Le choix de se défriser, tisser, tresser, retourner au naturel, doit se faire en toute connaissances de causes. Aujourd’hui on trouve une flopée d’infos sur le net, il est donc devenu plus facile de développer la culture du soin du cheveu afro qu’on avait pas auparavant.

    • Merci Annie pour ton message. Tu as raison, c’est bien d’une « culture du soin » dont il s’agit!! Je vais sûrement de piquer cette expression… Bises, M

  2. Je suis étonnée que peu de commentaires aient été laissé pour l’instant.

    Personnellement, je souhaiterais te remercier d’avoir partager ce post avec nous, lecteurs. Il est aussi très sage de nous faire part de ton avis tempéré qui laisse la place au développement d’un point de vu personnel. Je retiendrais de ce post qu’il est important que, dès le plus jeune âge, nous prenions conscience (et faisions connaissance) avec la nature de nos cheveux. Par contre, et contrairement à ce que je lis souvent, je n’estime pas que l’héritage de nos habitudes capillaires soit principalement issu des médias, mais bien de nos aînés: mères, tantes, etc. ;qui, elles aussi, ont une culture du cheveux naturel africain caché ou dénaturé. Donc comme tu le soulignes, prenons conscience de nos « actes capillaires » et de leurs conséquences. (Et merci à Internet de nous y aider…)
    Nous sommes à une heure où nous ouvrons les yeux sur la réalité culturel qu’exprime indirectement nos cheveux. C’est un changement en soi, une petite révolution. Et comme toutes révolutions, cela suscite diverses réactions.
    Je suis contente de faire partie de cette ère, de cette révolution à ma manière, toute comme toi à travers ce blog.
    🙂

    • Bonsoir Diane,
      Merci pour cet éclairage. Je pense comme toi qu’il s’agit avant de se réapproprier cette culture du soin, avant de mettre n’importe quoi, n’importe comment sur nos cheveux!! Quelque chose me dit cependant que nous sommes en bonne voie!!
      Quant aux lectrices, c’est vrai qu’elles sont plutôt timides pour laisser des commentaires mais je ne désespère pas… Les choses vont même de mieux en mieux, je dirais!

  3. J’ai découvert cette vidéo il y a quelques jours sur le net. Et je suis contente de voir que tu continues le débat sur le blog. Le « mouvement De la populace » aborde ce problème de manière un peu choc (calvitie sévère) pour faire réagir mais j’aurais aimé qu’elles proposent autre chose aux jeunes filles qui les regardent. Effectivement, il y a de la casse ou alopécie de traction quand les coiffures sont trop serrées ou réalisées sur cheveux fragiles. Oui, il y a de la casse quand on ne réalise pas correctement son défrisage. Mais beaucoup de filles naturelles et non naturelles utilisent ces moyens de coiffure. C’est bien de dire arrêtez tout ça, mais qu’elles proposent des alternatives aux jeunes filles qui rêvent de longs et beaux cheveux sains, qu’ils soient crépus ou défrisés. Il est grand temps que l’on crée des instituts de coiffures pour cheveux dits « ethniques ». Que l’on forme des mamans, des coiffeuses, apprenties-coiffeuses pour s’occuper du cheveu afro sans le dénaturer. Et que si l’on propose le défrisage que ce soit plutôt comme une option (comme la permanente ou la coloration) et non un passage obligé pour « dompter » ses cheveux. Merci d’avoir prolongé le débat Martine !

  4. Bonjour,

    En me promenant sur Chateau d’eau, j’ai trouvé les messages des deux filles de delapopulace.Poussé par ma curiosité, j’ai décidé d’en savoir un peu plus sur ces filles et ai regardé leur vidéo : autant vous dire, je ne suis en aucun cas d’accord avec elle. Faisant un métier qui consiste à modifier le naturel (je suis tatoueur perceur) je considre le corps de chaque personne comme une oeuvre d’art dont chacun doit en disposer comme bon lui semble. Je commence un peu à en avoir assez que du fait que des gens ont la même couleur de peau que moi, je dois obéir à leur choix ( la vidéo en est l’exemple le plus probant), pour moi, nous devons nous respecter quel que soit nos choix et nos aspirations et pas nous critiquer pour cela. Ayant eu des cheveux crépus pendant un certain temps, je les ai défrisés récemment et je n’ai pas envie de me faire insulter dans la rue à cause de ma coupe de cheveux. Sur ceux, je vous salue et vous félicte pour votre article.

  5. J’ai vraiment eu les larmes au yeux dans cette vidéo, car ont parlent d’une vraie réaliter mais c’est une mauvaise perception des choses et une vraie souffrance, car défois c’est dans l’inconscient par exemple quand à l’école primaire ou au collège ont se fout de ta gueule avec tes cheveux et qu’ont disent que « tu as des pâtes sur la tête » ou « ta pas de cheveux toi » je sais pas comment expliquer étant petite fille mais c’est horrible à entendre et malheureusement defois ont est comme qui dirais-je, « faible d’esprit » et ont entend les critiques et ont y croit que nos cheveux sont moche ont grandit ont veut qui soit lisse pour ressembler a toutes les autres filles qui ont les cheveux long, mais au final pour qui? pourquoi? est ce que c’est bien d’avoir mal à la tête après avoir eu les cheveux lisse par le défrisage, est ce que c’est agréable de même pas savoir dans quel sens dormir (debout, assise?) tellement les nattes nous font mal? ou qu’ont reste assise durant des heures (en pliant les jambes tenant la chaise) en ayant mal parce que la coiffeuse sert trop?
    il y a comme une rage et d’un coup ont perçoit mal nos beau cheveux car il sont beau (perso il était long, plein de force étant petite fille) et ont se rend pas compte qu’ont les détruits et qu’ont renie notre identité pour ressembler a qui nous ne serons jamais, parce qu’ont est pas née avec les cheveux lisse ( nos cheveux peut avoir une longueur voir même très long, il faut en prendre soin et avoir une bonne hygiène de vie, alimentation et sommeil, pas de stress…) parce que Dieu a créé chacune comme elle devait être pas pour l’amener a renier son type de cheveux pour faire plaisir à la société, aux critiqueurs, aux moqueurs (un peu de spiritualité).

    perso je ne met plus de tissage parce que quand je me regarde dans le miroir je me dit souvent mais « comment je peut prendre soin de cheveux qui ne sont pas les miens alors que mes cheveux en dessous étouffe, ou a qui je veux ressembler, c’est pas mes cheveux » ou par moment je me disait 40e pour le coiffeur et payer le tissage mais mon dieu j’économiserais temps si j’acheter des soins naturel et si je manger correctement, buvez de l’eau…) c’est venue de réflexion de ce genre que j’ai eu vraiment des réticences a aller me mettre des tissages ou des nattes tout le temps en plus et a prendre soin de mes cheveux a moi au lieu des autres.

    j’aime beaucoup vôtre concept j’espère que cela a avancer depuis et que nous allons arriver un jours a ne pas avoir ce faux complexe, étant une femme le faite d’avoir nos cheveux c’est important mais nos cheveux pas ceux d’autrui .

    Je vous remercie, regarder cette vidéo amene de l’humilité et une réflexion pour se remettre en question sur nos agissement au sein de la société et l’image qu’ont renvoie aux autre générations.

    • Merci Barbara pour ce beau témoignage. Il est clair que c’est à notre génération de faire avancer les choses… Car si on ne s’aide pas en premier, personne ne le fera pour nous! A bientôt!

    • Merci Barbara pour ce témoignage fort touchant! Il est clair que beaucoup d’entre nous sont en pleine découverte/plein réapprentissage de cet élément important de notre identité que sont nos cheveux. Un retour aux racines qui ne se fait pas sans souffrance parce qu’on a oublié pendant si longtemps qui on était vraiment et ce, pour de multiples raisons… Je vous souhaite le meilleur pour cette aventure capillaire!

  6. Bonjour moi je veux jute dire que jai pendant longtemps ete insultee par mes camarades a l’ecole primaire et au lyçee comme quoi mes cheveu etaient toujours rikikis qu’iĺs poussaient jamais et avaient de moches reflets roux car seul kes cheveux bien noirs etaient beaux et ma mere n’arrangeait pas les choses elle disait aux coiffeuses de serrer mes tresses afreusement pour que sa ressemble a quelque chose(tresses avec rajouts je precise) et je parle pas de quand elle meme elle me trssait je n’en parle meme pas ses tresses au fil etaient une veritable TOrture!!! Elle me disait sans cesse que mes cheveux etaient laids et quils pousseraient jamais plus que cette taille minscule mais attention hein j’adore ma mere et elle m’a bien chouchoute hein mais elle meme je le sais aujourdhui ignorait beacoups de chose quand je suis arrivee enfin a la fac je me suis precipitee crepussur le premier pot de defrisant croyant qu’il ferai des micracle que mes cheveux seraient enfin soyeux et beaux mais sa a ete vite le contraire:casse,chutes et petites alopecies sur mon nuage de cheveux fins mai et j’ai quand meme continue ainsibpendant environ 5ans juska il ya tres recement ou jai decouvert la mode nappy et je me suis enormement documentee dessuset waouh jai decouvert kil fallait hydrater faire des soints ect… ce que mes chveux ne connaissaient pas a part oes graisser a l’ocaz avec nimprort koi jai vu ke le defrisage tue carrement le cheveux crepu et ohh mon dieu que nos cheveux pouvaient pousser avec des soins adaptes alors j’ai prise paire de ciseaux sans hesitation et j’ai coupe ces bouts morts et defrises et j’ai commence tout doucement a en prendre soin grace a intene et tje douvre due mes cheveux sont lus roux comme etant petite mais chatin assezr foné kils peuvent etre forts et oooh mon dieu ils poussent tout doucement hein parske jsuis pappybke depuis 6 mois mais ils poussent tout doucepent et kus beaux que jamis et jai envie de ne plus jamais tomber dans les griffes dun defrisant et autre parce que je sais tout le mal que sa fait non seulement a mes cheveux mais aussi a ma sante. Pour revenir a cette video ele est unpeu choc c’est vrai et peut en choquer plus d’un mais pour ceux comme moi qui agissaient sans connaissance de cause ou avec pleins d’idee fausse qu’une societe stricte dans nos tetes a prendre la meilleur solution pour eux meme car pour moi cette ignorance est une enorme tarre c’est rien que des cheveux kon soit d’accord mais c’est tre blessant quand la societe nous montre au quotidien que c’est moche.merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *